3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 18:10

Remise-des-evangile-2012 0673Samedi 24 Novembre 2012 à Authevernes, lors de la messe anticipée du dimanche de la Fête du CHRIST ROI, les enfants du catéchisme de 3ème année ont reçu le Nouveau Testament. C’était pour eux un moment important de leur vie de chrétien, car ils pourront ainsi lire et garder avec eux, les paroles que Jésus veut nous enseigner. Ce livre traduit en français courant est le récit de la venue de Jésus-Christ dans le monde, de son enseignement et de son œuvre.

 

Pour voir les photos cliquez sur lien suivant ici

Paroisse Gisors Vallée d'Epte et ses 21 clochers - dans Ca s'est passé à Dangu
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 21:36

veillee.PNG

Paroisse Gisors Vallée d'Epte et ses 21 clochers
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 09:47

P1020950.JPGCe lundi 16 juillet 2012,ensoleillé, fut un jour dont certains pèlerins se souviendront longtemps. Il était à la fois très attendu et en même temps un peu redouté parfois, mais dans tous les cas, c'est la joie qui se lisait sur les visages.

   Une heure avant notre départ, Emilienne, résidante au Champ Fleuri et Georgette 95ans, qui allait pour la première à Lourdes étaient prises en charge par le fils d'Emilienne pour se rendre à Evreux afin de rejoindre les malades qui sont confortablement installés dans les voitures spécialement aménagées afin de permettre aux personnes plus ou moins valides et aux malades de voyager dans les meilleurs conditions.

 

 L'heure de notre départ est arrivé et le temps du trajet jusqu'à Evreux nous permet d'échanger les premiers regards et les premiers sourires. Arrivés à la gare , la valse des valises commencent, mais grâce à des bras puissants -merci Eric Ladon- (pardon: Père Eric Ladon) rapidement chacun de nos bagages a trouvé une place... et nous aussi.

   Le voyage s'annonce très long mais déjà un moment très important se profile: le repas . Notre Evêque, Monseigneur Christian Nourrichard, annonce le bénédicité et, de suite, les visages s'éclairent, les fermetures éclair crissent, les papiers crépitent et ô merveille apparaissent les petits mets préparés avec amour. Les propositions de partage se font en même temps que les sourires, voir des rires. Puis comme tout cela est épuisant, une petite sieste pour certains -même beaucoup- est la bienvenue. 

   Puis petit à petit la vie reprend: lecture, échanges, prières, chants, visites aux malades dans les voitures ambulances où je retrouve mes deux petites protégées. Elles sont installées comme des princesses. Les visages s'éclairent, l'air malicieux de Georgette et son sourire communicatif ont eu vite fait de remplacer la fébrilité du départ.Tout va bien. Echange de quelques bisous et rendez-vous à demain car il ne faut pas gêner cette "petite ruche" : toutes ces personnes jeunes , moins jeunes que sont les membres de l'hospitalité. Elles se donnent corps et âmes durant ce pèlerinage, s'oubliant elle-mêmes pour apporter le maximum d'attention, de soins et d'amour à toutes ces pelerins venus à Lourdes chercher des forces pour continuer le chemin quelquefois bien difficile, déposer aux pieds de Marie tous leurs soucis, leurs difficultés, alléger la croix beaucoup trop lourde, mais aussi rendre grâce pour les joies qui bordent les vies.

   Le temps passe, les consignes pour l'arrivée sont données. Le moment tant attendu est arrivé: Notre Père Evèque annonce la proximité de la Grotte sur la gauche du train. La prière se dit puis toutes les têtes sont tournées, un silence "religieux" se fait, et les yeux cherchent à apercevoir Celle qui nous a invité et qui nous attend: Marie, notre Maman du Ciel. Des voix s'élèvent:"La voilà!!,là-bas"!! Il est vingt et une heure trente. 

   Tous se séparent, partant en car pour leurs lieux de résidence. Le diner à l'hotel est très apprécié, pour certains l'arrivée dans la chambre est  la meilleure récompense, mais d'autres qui ne pouvaient attendre mardi sont partis, en hâte, vers la grotte

pour un premier rendez-vous avec Marie afin de lui rendre Grâce de nous avoir permi d'être là. Il y avait très peu de monde. Ce moment était pour nous un grand moment de prières, de paix et de recueillement.

 

 Mardi 17: La messe au Podium de la prairie,avec les Diocèses d'Aix et Arles, Périgueux,Soisson,Suisse Romande et Cheminots fut un véritable moment d'unité et de ferveur avec "Monseigneur Dufour Evêque d'Arles" qui a fait une homélie qui a marqué tous les esprits.

  Nous étions ensuite attendus sur le parvis, devant la Basilique du Rosaire pour la photo de groupe des pèlerins du dioèse d'Evreux. Nous étions cinq cents pelerins environ, chacun affichant son plus beau sourire. En traversant l'Esplanade on a le temps de se détendre et de se préparer à la prière.

   L'après-midi, nous étions attendus à la porte St Michel, pour la procession jusqu'à Ste Bernadette, avec un arret derrière la Vierge courronnée afin d'accrocher le chapelet du doicèse d'Evreux sur des branchages qui avaient été posés là pour la circonstance. Chaque Diocèse, pays et pèlerins déposant un chapelet, il y en avait là des centaines suspendus, plus jolis les uns que les autres. Le résultat est une véritable merveille qui nous rappelle l'importance de la seule prière que connaissait Bernadette et qui était aussi le seul point commun qu'elle avait avec Marie lors de sa première Apparition: un chapelet. Marie continue de nous appeler à prier avec elle pour les" pauvres pêcheurs" que nous sommes.  Puis nous avons continué sur la prairie, à Ste Bernadette afin d'assister à la Célébration d'ouverture, animée par notre Evêque. Sur la prairie, nous pouvons marcher, respirer, réfléchir, méditer, ou prier selon son rythme.

   Nous sommes repartis en procession afin d'effectuer un passage à la Grotte pour les malades, un grand moment pour tous. Quel privilège pour tous de nous retrouver devant notre Maman qui nous accueille, nous écoute, nous comprend et apporte nos demandes à son Fils. Elle nous ressource, nous aide à reprendre des forces, retrouver foi et espérance. Nous y voyons passer toutes les situations humaines: malades et bien portants, jeunes et vieux, jeunes couples et personnes seules, goupes de familles et amis, laïcs et prêtres,Evêques, séminaristes, chacun se recueillant à sa manière: assis, debout, à genoux, tête sur le sol, ou complètement allongé face contre terre. Devant ce rocher, cet abri se dégage une protection maternelle. C'est le lieu du reccueillement et de l'intimité.

 

Mercredi 18 juillet: Quelle grâce de commencer la journée par la Messe Internationnale à la Basilique Saint Pie X!! Voici que chaque groupe arrive, cherchant la bonne place pour être au plus près de l'autel, mais tous peuvent participer au mieux  à cette merveilleuse  célébration grâce aux écrans géants placés de part et d'autres dans cet immence édiffice. Nous sommes huit mille, de tous pays, de toutes races, de toutes couleurs et de tous milieux sociaux, assis coude à coude et pourtant, dans cette diversité, nous ne formons qu'une seule et même famille, celle des enfants de Dieu.

   Une magnifique vague blanche arrive, formée par tous les prètres en procession, deux par deux, suivis des Evèques, s'inclinant et baisant l'autel avant de gagner leur place. Puis sélèvent les chants, les prières, les lectures en toutes langues et voici que des hommes , peut-être autrefois opposés, viennent ensemble, au-delà des frontières, prier Marie Reine De La Paix .

   Après ce grand moment de joie, de paix et d'unité nous partons au Cinéma de la prairie pour un pique-nique dans la nature où se la chaleur s'était  invitée. Ce fut d'ailleurs la journée la plus chaude de notre pèlerinage et chaque table était posée à l'ombre d'un arbre et le clapotis du Gave, coulant tout près nous, donnait une sentation de fraîcheur. Après ce moment de partage,nous sommes entrés dans la Salle du Cinéma pour assister à une variété d'animations spirituelles et ludiques animées par les ados et jeunes hospitaliers. Un vrai moment de bonheur où chacun d'eux s'est exprimé selon ses dons, avec un apparent désir de faire plaisir. Bravo à tous ces jeunes  qui sont notre Eglise de demain. Que Dieu les guide et les bénisse... La célbration a précédé un petit gouter partagé dans la bonne humeur avant de nous quitter pour mieux nous retrouver à vingt et une heure pour la Procession Mariale.

    Voici ces milliers de pèlerins rassemblés qui attendent, avec impatience, le départ de la procession. Déja Marie joliement fleurie trône sur son socle, attendant quatre hommes désignés -mais c'est Elle qui les a choisis- pour la porter fièremement et humblement, jusque devant la Basilique où Elle rentrera après que nous l'ayons honorée de par nos prières et nos chants. Un chapelet et un cierge à la main,la lumiere se transmet de l'un à l'autre, nous partons méditant les mystère douloureux, entrecoupés de chants et d'avés Maria repris en choeur. Sur l'esplanade le jour décline et petit à petit, la lumière se fait dans la nuit. Nous vivons dans la lumière et nous devenons lumière, lumière qui brille dans les yeux, dans les coeurs. Le Salve Regina achèvera cette merveilleuse soirée .

 

Jeudi 19:  Dans La Basilique du Rosaire, un véritable bijou, qui est comme une invitation à partager la vie de Marie et de Jésus, notre Sauveur, a lieu notre messe du jour. Dans chaque arcade,dorée, des scènes de la vie de Marie, de l'Annonciation à l'Assomption,et de Jésus notre Sauveur, de sa naissance à sa résurection. Quel endroit merveilleux. Devant nous Marie, les bras ouverts nous accueille avec et nous invite à Les suivre: PAR MARIE A JESUS . Nous repartons après cette messe avec des forces nouvelles pour continer notre pèlé.

Cet après midi les malades iront aux piscines afin d'y trouver un signe de purification, de renouvellement spirituel ou une guérison. Merci  aux infirmiers, bénévoles, médecins ou hospitaliers qui leur permettent d'effectuer cette démarche.

 

    La journée se terminera par la Procession Eucharistique sur l'esplanade. Un Grand moment de reccueillement et de respect .A dix sept heures, une personne désignée pour porter la bannière de la Vierge Marie et quatres autres pour porter les quatres évangélistes: Luc, Marc, Matthieu et Jean entourant le prêtre responsable ,suivis des autres prêtres et diacres descendent de la chapelle de l'Immacculée Conception pour rejoindre l'esplanade où va arriver l'Ostensoir exposé habituellement  à la Chapelle de l'Adoration sur la prairie, suivi par les pèlerins . Les malades sont rassemblés devant l'esplanade. Après un moment de prières, ils partent en procession à la Basilique Saint Pie X.  suivis par les pèlerins et Le Saint Sacrement, porté par notre Evèque.  Nous suivons avec les bannières. Cette procession est l'affirmation de la présence réelle du Christ dans l'Hostie consacrée, de notre besoin de voir celui qui nous aime, et que le Fils de l'Homme est toujours au milieu de nous dans nos joies et dans nos peines. A son arrivée à la basilique Saint Pie x Le Saint Sacrement est exposé sur l'autel pour un moment d'adoration puis présenté aux malades pour les bénir.  Cette procession est une démarche d'espérance en reconnaissant que le Christ est le chemin, la vérité et la vie!  Encore une belle journée trop vite passée!!

 

Vendredi 20: Notre dernière journée de pèlerinage se termine par un grand moment: Le Chemin de Croix, dans la prairie pour les malades, véritable chef d'oeuvre où notre Jésus nous apparait plus vrai que nature. Merci à Maria de Faykod de nous avoir fait un si beau cadeau, que Dieu la bénisse et la garde. Il pleut, c'est la première fois depuis notre arrivée mais parapluies et imperméables nous accompagnent pour gravir, par petit groupes, la montagne en compagnie de notre Evêque afin de méditer la Passion de notre Seigneur et Sauveur .

Il est si beau ce chemin de Croix, si poignant. A la suite de Jésus nous gravissons péniblement cette montagne en union avec Notre Seigneur. Entre lectures, chants,et prières nous nous mettons à l'écoute de Dieu et sous le regard de Marie qui, elle aussi, était présente sur le chemin du Calvaire. Après avoir acclamé notre Seigneur à la station de la Résurrection nous continuons de redescendre la montagne avant de nous rendre à la Basilique saint Pie X pour le sacrement de la réconciliation.

 

   Nous retrouvons les malades à la Basilique en train de finir le chemin de croix qu'il n'avait pas terminé à cause de la pluie. Nous arrivons- très peu nombreux- pour ce sacrement de la réconciliation avec Dieu, avec nos frères, qui va nous ouvrir le chemin et nous remettre en marche, ensemble, après notre pèlerinage.

 

  A sainte Bernadette, une messe de clôture et le Sacrement des malades va achever ce beau pèlerinage. A cette célébration nombreux sont les malades qui, par l'onction des malades, sont venus chercher une aide, des forces, du réconfort, le soulagement ou la paix pour continuer le chemin, après leur retour, près des leurs.

 

Samedi 21: Il était très tôt, après l'au- revoir à nos hôtelliers, nous nous sommes rendus à la gare regagner nos places dans les voitures,

la tête et le coeur remplis de ces moments de paix et de prières, de cette foule si variée, et même pour moi de la rencontre d'un couple des Andelys qui venait d'arriver, avec qui nous avons récité un chapelet vendredi soir à la Grotte, de tous ces sourires échangés, de tous ces gestes d'amour donnés.Nous avons tant reçu aussi, en priant, en regardant silencieusement la Vierge Marie. De Dieu, nous avons reçu son pardon et sa miséricorde. Maintenant nous allons pouvoir témoigner, partager et transmettre ce que nous emportons dans nos coeurs.Nous sommes tous bien rentrés, tous rayonnants, notre Père évêque nous l'a fait remarqué, mais je ne peux terminer, ce témoigage sans rendre hommage à tous les hospitaliers, brancardiers, infirmières, médecins, jeunes qui mettent bénévolement jours et nuits leurs compétences au service des malades, prenant quelquefois sur leur temps de vacances . Que Marie les protège et que Dieu les bénisse ainsi que leurs familles. Rendez-vous l'année prochaine. Fraternellement.

 

Danielle Landry

 

Pour voir les photos cliquer-ici 

Paroisse Gisors Vallée d'Epte et ses 21 clochers - dans Ca s'est passé à Gisors
commenter cet article

Solidarité