/ / /

Entrée triomphale à Jérusalem

Dès notre arrivée en ville, ce fut l’ébullition autour de Jésus. La grande foule venueJesus-rameaux à la fête ne parlait plus que de lui. Bientôt, ce fut la course aux branches de palmiers à étendre sous les pas de Jésus et même, à défaut de palmes, on étendait des vêtements. Des gens criaient : « Hosanna! Béni soit au nom du Seigneur Celui qui vient, le Roi d’Israël ». En entendant ces mots de l’Écriture, Jésus comprit que ces acclamations faisaient partie du projet du Père sur lui et se rappela une autre prophétie proche de la précédente : « Ne crains pas, fille de Sion; voici ton roi qui vient, il est monté sur le petit d’une ânesse ». C’est pourquoi, au risque d’accélérer la répression de ses ennemis, il entra de tout son cœur dans le triomphe : il réclama un ânon, s’assit dessus avec l’allure d’un roi qui entre dans sa ville au milieu de son peuple. Je t’assure qu’à ce moment-là, tous les douze, nous ne le reconnaissions plus. Lui habituellement si humble, si effacé, qui s’empressait de disparaître après ses miracles, qui se cachait quand on voulait le mettre en vedette, voilà qu’il paradait au milieu des acclamations. Encore ces derniers temps, il s’était isolé près du désert, loin de Jérusalem, et voilà que maintenant il se laissait entraîner dans un véritable triomphe en plein cœur de la ville. Nous n’y comprenions plus rien, mais nous en étions assez heureux en espérant que, peut-être, commençait enfin la marche triomphante du Messie comme on l’avait toujours imaginé depuis des siècles.

Nous étions assez fiers de marcher à ses côtés. Pierre, Judas et quelques autres pensaient l’avoir enfin convaincu de faire le coup d’éclat qui anéantirait ses persécuteurs. C’est seulement après la résurrection, que nous nous sommes rappelé les prophéties qui annonçaient ce triomphe du Messie. Jésus s’y était soumis par fidélité au projet de son Père, comme il accomplira celles qui annonçaient sa déchéance. Quant à la foule, son enthousiasme était alimenté par le récit, diffusé partout, du retour à la vie de Lazare par l’intervention de Jésus. On citait des témoins qui avaient assisté personnellement à ce miracle. Malgré l’euphorie que nous venions de vivre, nous redoutions que les pharisiens plus radicaux en profitent pour intervenir. De fait, Nicodème nous raconta plus tard qu’ils talonnaient leurs compagnons encore hésitants : « Vous le voyez; vous n’arriverez à rien en patientant encore: voilà que tout le monde se met à sa suite! »

Un triomphe sans illusion

Même si nous étions ravis par ce triomphe de notre ami, nous étions assez satisfaits de voir la foule se disperser peu à peu avant que n’interviennent les gens du Temple. Quand le calme fut revenu, des juifs venus de la Grèce pour célébrer la Pâque avaient été intrigués par cet homme extraordinaire, à l’allure royale, capable de ressusciter des morts; ils n’avaient jamais entendu parler de lui auparavant. Croyant qu’il devait être difficile d’approche, ils cherchèrent parmi son entourage quelqu’un qui pourrait leur obtenir une entrevue. Ils rencontrèrent Philippe, un homme de Bethsaïda, de Galilée, qui avait justement vu le miracle du paralytique remis sur pied par une seule parole. Ils lui dirent leur grand désir de rencontrer Jésus personnellement.

Après ce qui venait de se passer, Philippe ne savait plus comment se comporter avec Jésus : selon le protocole d’un roi ou simplement comme auparavant? Il alla consulter André qui décida d’aller, avec lui, conduire les Grecs à leur ami dont ils étaient tellement fiers. Jésus profita de cette occasion pour parler de sa vraie glorification aux gens qui se rassemblaient encore autour de lui et qui étaient dans l’euphorie de la fête.

Il leur dit des choses mystérieuses et en même temps presque décevantes : Oui elle est venue l’heure où le Messie doit être glorifié de la manière qui convient à sa mission.   
epi" Il en sera de lui                       moisson.jpg
comme du grain de blé :
s’il ne meurt pas
quand on l’a mis en terre,
il ne sera toujours
qu’un seul grain de blé,
mais si, au contraire il meurt,
il se multiplie abondamment. "

 


Tout à coup, Jésus devint angoissé comme envahi par une vision de ses prochains jours : « Maintenant mon âme est troublée, et que dirai-je? Père, sauve-moi de cette heure? Mais non, c’est précisément pour cette heure que je suis venu. Père glorifie-toi en moi ». Nous pouvions à peine le croire quand nous avons entendu le Père lui répondre dans une sorte de clameur venue du ciel : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore ». Parmi la foule qui avait entendu, des sceptiques disaient que c’était seulement le tonnerre; mais d’autres affirmaient qu’un ange avait parlé. Alors Jésus nous expliqua ce qu’il en avait compris : « Ce n’est pas pour moi que cette voix a retenti, mais bien pour vous. Ce qui s’en vient, c’est la condamnation de ce qui corrompt le monde, c’est l’anéantissement de tous les pouvoirs détenus jusqu’ici par le prince de ce monde.  Cela se produira quand j’aurai été élevé à la vue de tous comme le serpent d’airain; et c’est là que j’attirerai tout le monde à moi ». 




 Voir MessesInfo    http://messesinfo.cef.fr/  
Dans le projet de mon Père, celui qui s’attache à sa vie terrestre ne peut que la gâcher, mais celui qui s’en détache au jour le jour la verra se changer en Vie éternelle. Si quelqu’un veut être mon ami ou mon serviteur, qu’il se joigne à mon projet, et ce que je deviendrai il le deviendra aussi. Comme il fait pour moi, de même mon Père l’honorera ».

1. Que nous apporte la participation à la fête des Rameaux ? 

Beaucoup de chrétiens peu pratiquants  viennent à la cérémonie des Rameaux principalement pour avoir des rameaux de buis béni qui chassera les mauvaises influences de leur demeure. Ce comportement relève souvent de la superstition. Ce n'est pas le sens de la fête des Rameaux, la vraie signification des rameaux.

Mais la participation à la fête des Rameaux c'est pour ces participants l'occasion d'entendre le récit émouvant de la passion de Jésus, d'avoir la possibilité d'établir une relation personnelle avec le Christ et un contact avec une communauté chrétienne nombreuse et vivante. La beauté du rite provoque l'émotion. Cette fête  commémore en effet à la fois deux évènements qui semblent bien contrastés : l'entrée solennelle de Jésus à Jérusalem, et d'autre part sa passion et sa mort sur la croix.  Ce dimanche des rameaux, dont le nom liturgique est "Dimanche des rameaux et de la passion" est  le VI° dimanche de carême et début de la "Semaine sainte". En y participant, nous aurons conscience d'entrer dans la grande semaine qui est tendue vers la résurrection du Seigneur. 

 2. Que nous dit l'Évangile sur l'entrée de Jésus à Jérusalem ?

L'Évangile (Mt 21,1 - 9, Mc11,1 - 10, Lc19,28 - 40) raconte qu'à proximité de la fête de la Pâques juive, Jésus décide de faire une entrée solennelle à Jérusalem ou il va faire une manifestation spectaculaire de sa mission en chassant les vendeurs du temple. Jésus organise son entrée en envoyant deux disciples chercher un âne. Il entre à Jérusalem sur une monture pour se manifester publiquement comme le  messie que les juifs attendaient. C'est une monture modeste comme l'avait annoncé le prophète pour montrer le caractère humble et pacifique de son règne. 

Une foule nombreuse venue à Jérusalem pour la fête l'accueille en déposant des vêtements sur son chemin et en agitant des branches coupé aux arbres. Elle l'acclame en criant "Hosanna au fils de David" et Jésus se laisse acclamer comme le messie. 
 

Giotto__Christ_Entering_Jerusalem__1304-1306__Fresco__Capel.jpg

 3. Le récit évangélique de l'entrée à Jérusalem.

Mathieu 21 / 1 - 9

Quand ils approchèrent de Jérusalem et arrivèrent en vue de Bethphagé, au mont des Oliviers, alors Jésus envoya deux disciples en leur disant : " Rendez-vous au village qui est en face de vous ; et aussitôt vous trouverez, à l'attache, une ânesse avec son ânon près d'elle ; détachez-la et amenez-les-moi. Et si quelqu'un vous dit quelque chose, vous direz : "Le Seigneur en a besoin, mais aussitôt il les renverra". "

Ceci advint pour que s'accomplît l'oracle du prophète : Dites à la fille de Sion : Voici que ton Roi vient à toi ; modeste, il monte une ânesse, et un ânon, petit d'une bête de somme.

Les disciples allèrent donc et, faisant comme leur avait ordonné Jésus, ils amenèrent l'ânesse et l'ânon. Puis ils disposèrent sur eux leurs manteaux et Jésus s'assit dessus. Alors les gens, en très nombreuse foule, étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d'autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient le chemin. Les foules qui marchaient devant lui et celles qui suivaient criaient : " Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! "


Jean 12 / 12 - 15

Le lendemain, la foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux de palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : " Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur et le roi d'Israël ! "

Jésus, trouvant un petit âne, s'assit dessus selon qu'il est écrit : Sois sans crainte, fille de Sion : Voici que ton roi vient, monté sur un petit d'ânesse.

4. Quelles sont les espèces de rameaux ? Quelle branche d'arbre utilise-t-on pour la procession des Rameaux?

L'évangile de St Mathieu dit que les disciples coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route (Mt 21/8). Ces branches étaient probablement des rameaux d'olivier. Cependant, l'évangile de St Jean dit que la foule pris des rameaux de palmier pour acclamer Jésus (Jn 12/13) car c'était une coutume ancienne en orient d'acclamer un héros en agitant des palmes. 

Les espèces de rameaux sont très variées. L'usage des palmes existe  dans les processions de certaines régions de l'Italie, dans celles des provinces méridionales de l'Espagne et dans celles du Portugal. Dans la plupart des départements français, elles ont été remplacées par des rameaux de buis, dans quelques-uns par le laurier et en Provence par l'olivier. On utilise des branches d'olivier en Italie, en Espagne. En Angleterre, on bénit le saule marsault,  en Hollande, le houx. En Pologne des branchettes de saule symbolisent la renaissance et la résurrection. En Allemagne et en Alsace, on utilise une plante formant une tige de bois ornée de petite sphère duveteuse, dans d'autres pays, des branches d'if ou de sapin.

5. Prières pour le dimanche des Rameaux

"Seigneur, aujourd’hui commence la Semaine Sainte. Je ne veux pas que cette semaine ressemble à n’importe quelle autre semaine de l’année. Je ne veux pas demeurer indifférent aux mystères de ta passion et de ta mort. Ainsi je viens à toi dans la prière pour méditer et réfléchir sur ce qui s’est passé les derniers jours de ta vie sur terre. Chaque jour de cette semaine je veux prendre le temps pour contempler ces mystères. Aujourd’hui, dimanche des rameaux, tu entres triomphalement à Jérusalem, accompagné des acclamations de la foule. Aide-moi en ces quelques minutes de prière à pénétrer plus profondément dans la signification de cette célébration." 

   Méditation pour le dimanche des Rameaux   http://catholique-versailles.cef.fr/Meditation-pour-le-dimanche-des   

6. Le dimanche des Rameaux fête des jeunes

 Depuis plusieurs années, le Dimanche des Rameaux est devenue la fête des jeunes. La Journée mondiale de la jeunesse (au singulier) a lieu  chaque année, elle est célébrée dans chaque diocèse du monde le dimanche des Rameaux. Le pape adresse un message aux jeunes le jour des Rameaux. Tous les deux ou trois ans, un grand rassemblement international a lieu, à l'invitation du pape dans une ville différente, et dure alors plusieurs jours.  Depuis 1998 en Belgique le WE des Rameaux, c’est la fête de la jeunesse chrétienne, la fête des jeunes pour les chrétiens. Le pèlerinage des étudiants à Chartres a lieu chaque année le dimanche des Rameaux.

Homélie du pape Jean Paul II,  Dimanche des Rameaux (4 Avril 2004) "N’ayez pas peur de proclamer l’Evangile de la Croix"
 http://www.generationjpii.org/article296.html    

Rameaux 2005 : message du pape aux jeunes   http://www.cef.fr/catho/endit/txtoffic/2005/20050321rameaux2005.php 

Rameaux 2008 - message du pape Benoît XVI à l'occasion de la journée mondiale de la jeunesse  http://catholique-paris.cef.fr/716-Message-du-Pape-Benoit-XVI-aux.html   

 Le 70e pèlerinage des étudiants à Chartres    http://www.catholique95.com/actualites/presentation.php?identifiant=503chartres     

7. Livres sur la fête des Rameaux

 J. Nieuviarts, L'Entrée de Jésus à Jérusalem (Mt 21, 1-17), Messianisme et accomplissement des Écritures en Matthieu, éd. Le cerf, 1998, 31 euros    http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?N_LIV_CERF=305 

A. van Gennep, Manuel de folklore français contemporain, tome 1. Cycle de carnaval, Carême et Pâques - Carnaval, Mascarades, dimanche des rameaux, oeuf de Pâques, volume 3 (27 avril 2000)    http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2708400754/qid=1049468853/sr=1-10/ref=sr_1_1_10/402-8840342-0424958 

Suzanne Manot, Des Rameaux à Pâques : traditions et coutumes d'hier et d'aujourd'hui en Aunis, Angoumois, Saintonge Poitou, Vendée. Éditions : La Lucarne Uvale St Ouen-en-Brie. Avril 1998    http://www.culture-francophone.com/manot_suzanne1.htm 

ORIGINE ET HISTOIRE DE LA FÊTE DES  RAMEAUX 


A Jérusalem, on célébrait dès le 4ème siècle l'entrée de Jésus dans la ville. L'église de Jérusalem en 383 invitait les pèlerins à participer à une procession du village de Béthanie à Jérusalem "mimant" l'entrée triomphale du Christ à Jérusalem. Egérie qui a été en pèlerinage à Jérusalem, raconte la procession des Rameaux  "Tous tiennent des rameaux, les uns des rameaux de palmiers, les autres d'oliviers; et ainsi on escorte l'évêque à la manière dont le Seigneur a été escorté ce jour-là".

Cette fête venait sans doute de Constantinople. Cet évènement n'a pas donné lieu  à une des douze grandes fêtes liturgiques orientales et les icônes de l'entrée à Jérusalem se sont développées seulement au 16ème et 17ème siècle. 

A Rome, au moins depuis le 6ème siècle, le dimanche précédant Pâques était celui de la Passion. En occident à partir du 9ème siècle, s'est répandue la fête des Rameaux, avec la procession. On trouve des représentations de l'entrée de Jésus à Jérusalem au 10ème et 11ème siècle. 

Réformes liturgiques de Pie XII et de Paul VI

Pie XII dans sa réforme liturgique de la semaine sainte en 1956 a associé la célébration romaine de la passion et la célébration des Rameaux. Le dimanche qui précède les Rameaux était le "Dimanche de la Passion", mais c'était le "Dimanche des Rameaux" que l'on faisait la grande lecture de la passion. La réforme liturgique de Paul VI (missel romain de 1970) a supprimé le "Dimanche de la passion" et a donné au "Dimanche des rameaux" le nom de " Dimanche des Rameaux et de la Passion "

DOCUMENTS SUR LA FÊTE DES RAMEAUX

Documents sur la signification du jour des Rameaux

Dimanche des Rameaux    http://vivrelafoi.cef.fr/tps_priere/p_dimanche13avril.php 

Dimanche des Rameaux   http://www.unibuc.ro/eBooks/filologie/vasilescu/15.htm   

Fêtes catholiques des Rameaux   http://perso.wanadoo.fr/catholicus/Fetes/rameaux.html 

Imago Mundi - Dimanche des Rameaux   http://www.cosmovisions.com/$Rameaux.htm  

La liturgie de Jérusalem selon Egérie, le dimanche des Rameaux   http://www.christusrex.org/www1/jhs/TSeger04_Fr.html#Target18    

Documents sur l'entrée de Jésus à Jérusalem 

L'entrée à Jérusalem    http://vivrelafoi.cef.fr/tps_dieu/p_entreejerusalem.php       

L'entrée à Jérusalem  http://www.urantia.org/french/fascicules/fascicule172.html   

Entrée de Jésus à Jérusalem  (Récit illustréhttp://www.topchretien.com/topkids/page_lire.php?id=27 

Documents sur la Prière pour le dimanche des Rameaux

Prière pour le dimanche des Rameaux  http://eglise.eglisejura.com/?p=143 

Prière pour le dimanche des Rameaux   http://viechretienne.catholique.org/meditation/10073-dimanche-des-rameaux

Solidarité