/ / /

La Louange Dominicale


1. Une pratique liturgique indispensable à l’existence des communautés locales.

Les communautés locales n’existent pas uniquement par la liturgie mais elles n’existeront pas sans la liturgie. Le rôle de la liturgie est décisif puisqu’elle instaure les communautés locales dans leur rapport à Dieu le Père par Jésus-Christ, avec lui et en lui.


2. Une pratique liturgique appropriée aux communautés locales.

- Une pratique liturgique qui convient bien à un groupe de chrétiens qui ont le désir de se retrouver, d’éprouver la fraternité chrétienne et de prier ensemble celui qui les réunit.
- Une pratique liturgique qui convient bien aux charismes des baptisés, compétents pour préparer, animer, et diriger une liturgie d’écoute de la Parole, une liturgie de prière d’intercession et de louange.
- Une pratique liturgique qui convient bien à celles et ceux qui frappent à la porte de l’Eglise, qui découvrent ou redécouvrent la foi en Jésus-Christ. Elle convient bien à leur cheminement spirituel : sans mal et sans préparation, ils pourront participer à l’écoute et au partage de la Parole de Dieu comme à la prière, entourés d’une communauté familière, faite d’hommes et de femmes « de chez eux ».



3. Une pratique liturgique articulée à l’Eucharistie paroissiale.

La louange dominicale ne remplace pas l’Eucharistie. De même, la communauté locale ne remplace pas la paroisse : la paroisse étant l’assemblée ecclésiale des communautés locales. C’est dans le « jeu » entre communautés locales et paroisse que s’établira le rapport de justesse entre louange dominicale et Eucharistie. L’Eucharistie est l’expression de la communion ecclésiale des communautés locales et le lieu où elles font Eglise, où elles deviennent corps du Christ. La louange dominicale est la manifestation de l’Esprit qui suscite et anime les communautés locales, un Esprit qui fait dire Jésus-Christ – « Nul ne peut dire Jésus est Seigneur si ce n’est par l’Esprit » (1Co 12, 3) – et qui fait prier – « Nous ne savons pas prier comme il faut mais l’Esprit lui-même intercède pour nous » (Ro 8, 26).


4. Une pratique liturgique inspirée de l’Office Divin.

Alors que le schéma des ADAP s’inspirait de l’Eucharistie (table de la Parole et table du pain eucharistique), la louange dominicale s’inspire de l’Office Divin dans sa structure et dans l’utilisation des psaumes comme forme de prière. Cette façon de faire a l’avantage de permettre aux chrétiens de prendre part à la grande prière liturgique de l’Eglise et de se réapproprier le psautier. Elle a aussi le mérite de bien distinguer l’Eucharistie de la louange dominicale et de bien montrer que la seconde n’est pas un ersatz de la première. Chaque liturgie ayant son originalité et sa consistance propre. C’est pourquoi la communion au corps du Christ par le partage du pain ne sera pas proposée au cours de la louange dominicale, cette liturgie valorisant la présence réelle de Jésus-Christ par sa Parole.

La liturgie de la louange dominicale comporte quatre temps :

1) Le rassemblement
Chant, signe de croix, mot d’accueil, prière d’ouverture à la célébration.
2) La parole
Psaumes, lecture ou évangile du jour, partage autour de ces paroles.
3) La prière
Credo, prière universelle (de demande et d’action de grâce), notre Père, je vous salue Marie.
4) L’envoi
Prière de conclusion et d’envoi, nouvelles de la communauté, chant.



5. Une pratique liturgique dominicale.

La louange dominicale est faite pour les chrétiens qui répondent à l’appel de l’Eglise à célébrer le « Jour du Seigneur » et marquer le dimanche d’un rassemblement de prière ecclésiale. Ce rassemblement, qui est d’abord destiné aux chrétiens, est aussi une manière d’inscrire le « fait chrétien » et la question de Dieu dans la société. Par ailleurs, le respect de la tradition chrétienne, constante depuis les origines, nous impose de maintenir le dimanche comme jour de l’Eucharistie. En conséquence, dans la mesure où louange dominicale et Eucharistie paroissiale coexistent sur un même territoire paroissial dans un périmètre relativement restreint, il est opportun de célébrer la louange dominicale le samedi soir (office de Vigiles) ou le dimanche soir (office de Vêpres).

Solidarité