8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 14:36

Définition : Avent

 

Temps liturgique précédant la fête de Noël. Quatre dimanches de l'Avent. Ce temps de préparation à la célébration de la naissance de Jésus est marqué par la symbolique de l'attente et du désir. Une tradition de l'Avent utilise la symbolique des bougies au long des quatre dimanches. Premier dimanche la bougie symbolise le pardon à Adam et Eve, Deuxième dimanche la bougie symbolise la foi des Patriarches, en la Terre Promise. Troisième dimanche la bougie symbolise la joie de David, célébrant l'Alliance avec Dieu. Quatrième dimanche la bougie symbolise l'enseignement des Prophètes, annonçant un règne de paix et de justice.
Avent : début de l'année liturgique
.

 

 y bougie noel 30

 

Voici que s'ouvrent à grands ventaux, 
les portes de l'Avent.
Voici l'inattendu qui vient par effraction,
briser les verrous de nos peurs.
Voici l'Eternité qui s'en vient prendre corps
et coeur dans l'épaisseur de nos vies.
Voici l'Avent qui vient s'emparer du grand sablier du temps,
en retenir les grains et arrêter,
pour un instant, toutes nos fuites en avant.
Il est temps, grand temps de laisser du temps au temps !


Bertrand REVILLION (diacre) 

  bougie12

Il est temps, grand temps
 
 d’interrompre la course effrénée de notre vie,
pour mieux nous mettre
au rythme lent de la marche.
Voici qu’il nous faut devenir
pèlerins des terres intérieures
compagnons de l’aube, arpenteurs d’Espérance,
frères et sœurs, de ce couple amoureux,
qui s’en va, nous précédant, vers Bethléem,
modeste village dont le nom signifie en hébreu,
« Maison du pain »
Suivons cet homme, cette femme, qui s’en viennent
mettre au monde l’enfance de notre propre avenir !
   

Bretrand REVILLION (diacre)

grandesbougieslu1
                        Oui, Dieu va venir si nous prenons le temps                        

de venir à nous-mêmes, de laisser advenir en nous
                    l’enfant de divine et douce promesse.                    
             Oui, Dieu va venir si nous laissons en nous            
              sa part au grand silence et à la divine paix.            
    Oui, Dieu va venir si nous faisons de la fraternité  
 ce volet vert de l’espérance qu’on ouvre chaque jour
                   à grande volée sur les matins du monde.               
      Oui, l’Avent va venir, non pas à côté de notre vie.   
   Mais en plein cœur de nos existences bouleversées.
                       Dieu ne naît pas ailleurs qu’au mitan                     
                                de nos joies et de nos peines,                                 
                                de nos rires et de nos larmes,                                 
          de nos confiances et de nos doutes…         

Bertrand REVILLION (diacre)


 ynoe332


  
                                    Oui, l’enfant de la divine promesse                         

            Va venir naître parmi nous.             
                         
                         Alors n’attendons pas d’avoir enfin                         
 
                                        Le temps de l’attendre.
                                           

   N’attendons pas de ne plus courir      
                    
Dans les escaliers, inquiets de nos vies

                                        Pour marcher pas à pas                                           

                                 Vers le Pain qu’Il nous promet.                                

 

                       Ce Pain de Noël qui rassasie autant                        

                           Qu’il creuse nos faims d’éternité.                           

                              Dieu ne s’attend pas ailleurs                                               

           Que dans la trame des vies qui sont les nôtres.     

                      C’est « en toute chose » disait St Ignace                

                           Qu’il nous faut le trouver !                                       

Bertrand REVILLON (diacre)



DIEU

Tu as choisi de te faire attendre
tout le temps d'un Avent.
 
Moi je n'aime pas attendre
dans les files d'attente.
Je n'aime pas attendre mon tour.
Je n'aime pas attendre le train .
Je n'aime pas attendre pour juger.
Je n'aime pas attendre le moment.
Je n'aime pas attendre un autre jour.
Je n'aime pas attendre
parce que je n'ai pas le temps
et que je ne vis que dans l'instant .
 
Tu le sais bien d'ailleurs,
tout est fait pour m'éviter l'attente:
les Cartes bleues et les libre-services,
les ventes à crédit
et les distributeurs automatiques,
les coups de téléphone
et les photos à développement instantané,
les télex et les terminaux d'ordinateur,
la télévision et les flashes à la radio......
Je n'ai  pas besoin d'attendre les nouvelles:
elles me précèdent.
 
Mais Toi Dieu
tu as choisi de te faire attendre
le temps de tout un Avent.
Parce que tu as fait de l'attente
l'espace de la conversion,
le face-à-face avec ce qui est caché,
l'usure qui ne s'use pas .
L'attente, seulement l'attente,
l'attente de l'attente,
l'intimité avec l'attente qui est en nous
parce que seule l'attente
réveille l'attention
et que seule l'attention
est capable d'aimer.
Tout est déjà donné dans l'attente,
et pour Toi, Dieu,
attendre se conjugue Prier.     

Jean Debruynne




advent4 



4 bougies brûlaient dans leur bougeoir de l’Avent.

Le silence régnait, et on pouvait entendre les bougies se parler...
La première bougie soupirait en disant : «Mon nom est la Paix, je brille d’une lumière très claire, mais les humains ne souhaitent pas la paix, « ils ne me veulent pas». La flamme se réduisit, et s’éteignit.

La deuxième bougie dit : «Mon nom est la Foi, mais je suis devenue superflue. Les humains ne souhaitent plus connaître Dieu. Ma flamme n’a plus de sens ». La flamme  s’éteignit.

Triste et avec une douce voix,
la troisième bougie dit : Mon nom est Amour, je n’ai plus la force de brûler, les humains m’ignorent, ils ne voient qu’eux mêmes et pas ceux qu’ils devraient voir, et aimer » et la troisième bougie s’éteignit aussi.

Un enfant arriva dans la pièce et eut les larmes aux yeux :
 
"Votre rôle est de brûler et non pas de vous éteindre  dit-il aux bougies"
Soudain on entendit la voix de la
quatrième bougie "ne crains rien mon enfant ! Aussi longtemps que je brûlerai, nous pourrons rallumer les autres bougies". Mon nom est « Espoir ».

L’enfant prit la flamme de l’Espoir et ralluma la Paix, la Foi et l’Amour

Paroisse Gisors Vallée d'Epte et ses 21 clochers - dans Fêtes religieuses
commenter cet article

commentaires

Solidarité